Déconseillé aux moins de 16 ans.
 
AccueilAccueil  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Sur un bon filon

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar

Melvin Nikita

• The Bad. The Evil. Together.

Messages : 5005
Date d'inscription : 19/08/2010
Avatar : Young Buck
Âge du personnage : 36
Taille : 1,91m
Activité(s) : Gangster à temps plein ; Barman au Black Street Bar ; Propriétaire du centre de tir.

Réputation : 2469 pts
Importance : 100 pts
Santé : 85%


MessageSujet: Sur un bon filon    Sam 11 Aoû - 19:23

Vallcenson (Calowell) - Centre de tir - 17:51 ~.

Ayant quitté le Black Street Bar il y a près d'une heure, je profite de ce temps libre pour gérer mon centre de tir. Celui-ci fonctionne à merveille, nous avons des clients réguliers et certains nouveaux viennent de temps à autre, moins régulièrement, mais tout ce beau monde est suffisamment nombreux pour faire tourner l'entreprise. Le seul point noir que j'y trouve encore, c'est le peu de postulations pour les offres d'emplois du centre. À croire qu'aucun négro ne veut se faire du fric simplement en travaillant, surtout que jusqu'ici nous n'avons eu que de très rares problèmes. Les cinglés qui veulent fusiller tout le monde dans les stands ne sont pas encore nés. Quant-au bâtiment, je n'ai aucun souci. Je m'occupe donc ce soir de la surveillance, et je réfléchis à améliorer l'endroit si nécessaire. Mais du moment que le commerce tourne bien, je n'ai pas à m'inquiéter. Il m'arrive parfois de me faire une bonne marge de recette, lors des beaux mois.

Le bip discret de mon pager me sort de mes pensées...


Citation :
05:52PM 08/12/15
Salut, tu peux passer? Labanye.
771-479-5148

Intéressant... je me demande bien ce qu'il me veut, ça fait un moment que je n'ai pas eu de nouvelles de lui, et il ne me demande sûrement pas de passer pour boire une bière entre potes. Ce mec est trop occupé avec son business, et malgré que ce soit un véritable africain, je le soupçonne d'être en relation avec les Kingston Yardiez, un gang apparemment basé en Jamaïque, mais aussi dans les bidonvilles de Sairsield quelques temps après le séisme de 2010. De toute manière, aucun problème pour moi, déjà parce que je n'ai jamais eu le moindre souci avec ces Jamaïcains, mais aussi parce que je n'empiète pas sur leurs plate-bandes... et qu'eux non plus.

J'éteins l'ordinateur portable sur lequel je vérifiais quelques dossiers, et quitte le bureau en le fermant à double tours. Je rejoins Konroe qui discute avec Nick Tamer - l'ôte d'accueil qui prend la relève pour ce soir - je lui sers la main d'une poigne de fer, et me tourne avec Konroe.


" Tu me rejoins dehors, homie. "

Konroe : OK, frère.

Je salue deux clients qui repartent aussi, et prends la porte donnant sur le parking après une traversée de quelques couloirs. Assis au bord de la selle de ma Triumph, je m'allume une clope en attendant mon pote. Il ne se fait pas attendre et viens vers moi.

Konroe : Un problème, Melvin ?
" Labanye m'a demandé de passer, t'as quelque chose à faire ? "
Konroe : Rien, je peux venir si tu veux.
" Je veux, mais je vais ranger ma bécane chez toi avant "
Konroe : OK, on partira avec ma caisse.

Je le tcheak et chevauche ma Speedmaster. Quelques secondes plus tard, je me trouve déjà sur la route du retour, suivis de mon homie. Une fois à la maison, j'attends qu'il m'ouvre son garage pour y ranger ma bécane, n'ayant plus de place dans le mien avec ma Cadillac et mon autre cheval de fer.

Avant de rejoindre Konroe dans sa BM', je cours le long des deux pavillons qui me séparent de chez moi, afin de m'assurer que Shaïka et Kunta vont bien. Rassuré, je peux désormais partir jusqu'à Sairsield.


Vallcenson (Sairsield) - Bidonvilles, ruelle de Labanye - 18:30 ~.

La ruelle inaccessible en bagnole, Konroe et moi descendons juste avant. À pied, on pénètre dans ce coin de bidonville où l'africain est seul à vivre avec une vieille mama. En plein mois d'août, pas étonnant de voir toutes les poules de la vieille cavaler partout. Le vieux chien est là aussi, et c'est d'ailleurs le premier à nous voir et à alerter notre présence. Mains dans les poches, je marche tranquillement sans m'arrêter, bien que le clebs me tourne autour des jambes en aboyant. Il a l'air plus en forme que cet hiver. La mama africaine pointe enfin le bout de son nez, avec un panier à salade, près de l'entrepôt fermé de Labanye, au bout de la rue.

Mama : Ahhhh toi ! Te voilà toi ! Toi, toi, mon toi !
Konroe : Qu'est-ce qu'elle raconte encore...
Mama : Ahh tu le fais toujours aboyer ce chien, hein ! Ahh dans mon temps... Touche pas à mes poules, vaudou !

Sans doute alerté par ces bruits, Labanye sort de son trou, un flingue dans la main. Il le range à sa ceinture en nous voyant, et s'approche de nous.

Labanye : Rentre chez toi, Arhimba ! Lui crit-il avant de se retourner vers nous, Désolé mes frères, heureusement que le soleil va bientôt se coucher, j'ai l'impression qu'elle le supporte moins.
Mama : Mes poules ! Répond-t-elle avant de retourner dans sa maison faite de tôle.
Labanye : Je suis content de te voir Melvin, toi aussi Konroe. J'ai quelque chose qui va t'intéresser, thug.

Il nous fait signe de le suivre, et nous allons jusqu'à son entrepôt où il ferme la porte après que l'on soit entrés.

Labanye : Un petit gang se forme sur Portridge, et les mecs veulent se la jouer gangsters. Ça fait deux mois que je les trace un peu et là j'ai une source sûre. Ces merdeux stockent des armes dans le sud de la ville, à Lauderbale.
Konroe : Lauderbale, c'est pas loin du pont qui relie à Portridge, non ?
Labanye :Oui, et justement leur entrepôt est près de la rive, dans un coin pourri.
Konroe : C'est déjà pas mal pourri là-bas ! Rajoute Konroe en riant, accompagné de l'africain.
Labanye : Bref, thug, j'ai pensé que ça pouvait t'intéresser, parce que moi ça m'intéresse.

Je hoche positivement la tête, il est clair que je ne peux passer à côté d'une telle opportunité, que ce soit un petit gang ou non. Mon business d'armes ne marche pas très fort, et je juge n'avoir suffisamment de modèles pour faire quoique ce soit.

" Quel genre de flingues ? "

Labanye : Un peu de tout, je pense.

Je réfléchis, et pendant ce temps Labanye va chercher trois chaises pliables, qu'il installe entre deux rangées d'armes. Ici, nous sommes à l'abri des regards et des oreilles indiscrètes. Ce négro sait ce qu'il fait, c'est pour cela que je ne vais pas hésiter trois plombes, j'ai confiance en lui, tout comme il a confiance en moi pour me confier ce genre de tuyau.

" Envoie le topos "
Labanye : Simple, on y va seulement tous les trois, et on se sers.

Je ne peux m'empêcher de sourire, sachant très bien qu'il me cite seulement les points importants de notre future mission.

Labanye : Ils ne seront pas de tailles face à des mecs comme nous, même s'ils gardent toujours l'entrepôt. Et ils veulent pas attirer l'attention, donc ils sont pas nombreux. J'ai eu un coup de chance, sinon j'en saurais rien non plus, mes frères.
" Donnes-nous tout ce que tu sais la dessus, mec, je vais pas foncer tête baissée sur un terrain que je connais pas, faut qu'on fasse du repérage "
Labanye : Je respecte ça, thug.

Il nous explique alors comment il compte agir, et cela va dans mon sens. D'abord on repère les lieux - connaissant déjà de quel entrepôt il s'agit - puis on revient une nuit, on flingue ceux qui oseront se mettre sur notre chemin, et on charge les armes dans un fourgon. Rapides et efficaces. Il rajoute qu'il me contact personnellement, sachant de quoi je suis capable. Le seul problème, c'est qu'il ne va pas pouvoir prendre son propre fourgon.

" T'en fais pas pour ça, homie, je m'en occupe " Lui assuré-je en me levant de la chaise. " Mec, on fait les repérages cette nuit, on sait jamais si ces connards veulent faire un transfert ou quoi, autant ne pas perdre de temps. "
Labanye : J'attendrai devant le bar d'Yrka à minuit.
" Minuit. Pas de problème "

Les deux hommes se lèvent en même temps, et nous quittons l'entrepôt. Après des tcheaks fraternels, Konroe et moi quittons les lieux, retournant à Calowell à bord de la BMW Alpina E30. Je rentre chez moi, afin de profiter du reste de la soirée avec ma femme et mon fils, et pour préparer ce dont j'aurai besoin ce soir.
Revenir en haut Aller en bas
 

Sur un bon filon

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» La presse se déchaine: un magazine de plus dans les kiosques
» Ki retonbe pou Ayiti ak minn lo ak kwiv nan rejyon No peyi a
» Les outils !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Haven Field :: Squats-