Déconseillé aux moins de 16 ans.
 
AccueilAccueil  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Studio de Silvia Miranda, à Genova.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar

Silvia Miranda

Invité



MessageSujet: Studio de Silvia Miranda, à Genova.    Lun 15 Avr - 21:45

Spoiler:
 

Le trajet avait fatigué Silvia. Elle n’était pas habituée à ces longs voyages, train, avion, et métro… Sans parler de tous ces gens et leurs discussions banales. Toujours les mêmes histoires ; le dernier incident grave dont les médias raffolaient, le match de football du soir précédent, la météo… La météo, c’était vraiment le sujet bateau. Autant se taire et profiter de ce qui compte vraiment que de parler de telles idioties. Elle ne prêta pas spécialement attention à la nouvelle ville dans laquelle elle posait les pieds, trop occupée à se dire que cette mutation l’éloignait de ses buts principaux et ses plans de vengeance. Pourquoi avait-elle été mutée, alors que la faute venait clairement de ce prétendu coéquipier? Blasée, elle n’était même pas excitée de voir quel studio son ancien commissariat lui avait trouvé. Probablement un vieux taudis qui tenait à peine debout, mais au moins c’était au centre-ville. Il n’y avait pas vraiment de quoi se plaindre. Le déménagement avait été pris en charge par ces derniers quelques semaines auparavant. Elle n’avait eu à s’occuper de rien, si ce n’est de transporter avec elle un sac de sport rempli de vêtements et du strict de produits d’hygiène nécessaire. Depuis la sortie de métro de Jackson, elle n’avait eu à marcher qu’une dizaine de minutes dans de grandes rues plutôt bien fréquentées. La carte qu’on lui avait fournie n’était pas très claire mais elle n’eut pas tant de difficultés à se repérer dans le quartier.

Elle se tenait maintenant devant ce grand bâtiment vétuste, à la peinture grisâtre craquelée. Elle en poussa la lourde porte et découvrit une cage d’escalier fragile et un ascenseur hors-service. Elle inspira profondément ; de toute façon elle n’avait jamais aimé ses boîtes de métal qui montaient et descendaient, et craignait toujours d’y rester bloquée ou pire, que le câble lâche et la cage s’écrase sur le sol. Une peur irrationnelle, surtout pour quelqu’un comme Silvia. Sur les informations que son ancien commissariat lui avait fournit, il était marqué 3ème étage, studio C32. Elle grimpa les escaliers sans se presser. Ses bottes claquaient sur les marches, et le son résonnait dans tout le hall. Porte C32, c’était le moment de la vraie découverte. Elle glissa la clé dans la serrure, dû forcer un peu pour qu’elle rentre, tourna et le verrou s’avoua vaincu.

Cette seconde porte s’ouvrit sur un studio étonnamment moderne. Des travaux de peinture et de maintenance avaient été effectués depuis les incidents des années passées, à l’inverse du reste du bâtiment. Des murs d’un blanc clair reflétaient la lumière qui rentrait par la baie vitrée d’en face. Cette paroi transparente s’ouvrait sur un petit balcon, avec vue sur les bâtiments alentours et sur la route qui passait juste en dessous. Un avantage de poids pour elle qui aimait avant tout pouvoir être à l'air libre, même si cela devait être en ville. Elle avait d'ailleurs toujours eu un problème avec ces lumières puissantes des grandes cités, allumées même la nuit et qui empêchaient de distinguer les étoiles correctement. Quand elle vivait dans son petit quartier, elle adorait rester couchée à regarder le ciel et se perdre dans cette infinité d’astres.

Ses pieds faisaient craquer le parquet beige clair. Dès l’entrée, nous retrouvions la salle bain sur la gauche. Tout ce qu’il y a de plus basique, des toilettes, une douche et un lavabo avec un miroir suspendu au-dessus. Si l’ameublement était d’occasion, le carrelage gris-noir sur le sol et blanc pour les parois ne dataient pas de plus d’un an. Sur la droite du hall d’entrée, il y avait une armoire de couleur brun très foncé, deux portes qui cachaient un dressing et une sorte d’étagère annexée. En s’avançant dans la pièce principale, on retrouvait l’ancien lit double de Silvia, collé contre le mur de la salle de bain et la paroi gauche du studio. Elle y jeta son sac de sport. À quelques pas, il y avait la cuisine, séparée uniquement par un demi-mur qui servait de bar. Il avait été recouvert d’un semblant de bois de la même teinte que l’armoire de l’entrée. Trois tabourets y étaient alignés, c'était donc aussi la salle à manger.

L’ensemble du studio était plus que vivable, même s’il était petit. Il n’y avait pas de décoration personnelle. Silvia n’était pas vraiment dans les besoins matériaux. Elle avait été habituée à des endroits bien moins fréquentables par le passé. De toute façon, elle se sentait mieux à l’extérieur qu’enfermée seule. Elle ne supportait pas l’ennui, il lui fallait du mouvement, de l’action. Elle se servit un verre d’eau dans la cuisine, puis se dirigea sur le balcon. La rue sous-jacente semblait rythmée par les klaxons et les cris de certains marchants qui montaient leurs étales au coin du quartier. Heureusement, d’une fois la fenêtre close, les bruits devenaient presque inaudibles. Ce qui n’était pas le cas des engueulades chez les voisins. Il ne fallut même pas plus de 15 minutes dans ce studio pour que Silvia en apprenne plus sur eux que nécessaire. Apparemment l’homme travaillait trop tard et, soupçonné par sa supposée épouse de le tromper, il fit la liste des sacrifices qu’il avait fait pour elle. Silvia nota dans un coin de son esprit de toujours penser à faire attention à cette intimité si facilement violée par ces fines parois. Elle posa le verre vide sur le bar et s’avança vers son lit où elle s’écroula. Elle fixait le plafond. Des murs extrêmement fins, voilà ce qui était sûrement caché derrière ce prix si bas pour un tel studio en centre-ville. Il y avait tellement de choses à faire avec cette mutation. Découvrir la ville, repérer les magasins et lieux de loisirs à proximité, voir son nouveau commissariat et ses nouveaux collègues, défaire son sac pour s’installer correctement… tant de chose à penser qu’elle préféra pousser le sac sur le sol et se laisser emporter par Morphée.  
Revenir en haut Aller en bas
 

Studio de Silvia Miranda, à Genova.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Studio Phocéen
» Saga de chez Studio tomahawk
» Ravage (Mission William & Miranda)
» [PhotoFiltre Studio]Technique de smuge.
» Décors Micro Arts Studio

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Haven Field :: Studios-